Téléchargez en

anglais

Lecture 1 Timothée 4 : 12.

1) ETRE UN MODELE.

  • Dans son enseignement, Paul a exhorté Timothée à être un exemple pour les autres. Auparavant, il avait encouragé les chrétiens de l’église de Corinthes à devenir ses imitateurs. 1 Cor 11 : 1. C’est une invitation qui peut paraître présomptueuse. Mais l’apôtre a aussitôt rajouté qu’il était lui-même à la ressemblance du modèle parfait, à savoir Christ. Les chrétiens sont donc appelés à une saine ambition : être à l’image du Fils de Dieu. Luc 6 : 40; Rom 8 : 29. Pour cela, ils ont besoin d’avoir sous les yeux des disciples qui sont des reflets de Jésus et de Sa vie. Cela leur permet d’avancer et de grandir dans la perspective d’être comme le Seigneur.
  • Dans le verset qui sert de base à la prédication, « modèle » signifie « marque, empreinte, exemple, image« . Le modèle est destiné à être imité. On est appelé à devenir conforme à lui. Timothée était donc invité à ressembler à Paul, lui-même étant un imitateur de Jésus. Plusieurs mentions éclairent ses propos :

– « Pour les fidèles » ð Le bon exemple de la vie chrétienne doit bien sûr être manifesté en faveur des incroyants pour qu’ils soient attirés à l’Evangile. Néanmoins, Paul encourage Timothée à être un modèle vis-à-vis des croyants. C’est dans l’église que le bon témoignage commence pour ensuite rejaillir à l’extérieur afin d’atteindre les inconvertis. Il est essentiel pour les disciples d’apprendre à être des reflets des multiples facettes de la personne parfaite de Jésus. Comme nous ne sommes pas encore arrivés à la perfection, nous sommes exhortés à progresser au niveau de nos points faibles et à consolider nos points forts.

– « En parole » ð Les propos doivent être imprégnés d’amour, de grâce, de vérité, de compassion même dans le cas où il peut être nécessaire de dire des choses fortes. Attention à la façon avec laquelle nous nous exprimons. Il est impératif d’entendre la différence entre les propos des croyants et les paroles des incroyants. Prov 12 : 25; 15 : 1; 15 : 23.

– « En conduite » ð Les paroles sont importantes mais doivent être traduites par un comportement adéquat. Elles nécessitent d’être confirmées par des actes concrets. 1 Jean 3 : 18. Les gens sont submergés de paroles qui ne sont pas suivies d’effets concrets. Pour refléter Christ, l’église  a besoin de parler comme Jésus et d’agir comme Lui.

– « En charité ð L’amour est bien évidemment l’élément qui est appelé à supplanter tous les autres. Une église sans amour est une église qui sonne creux ou qui résonne comme une cymbale bruyante. 1 Cor 13 : 1. Il peut y avoir peu de miracles dans une communauté (c’est mieux qu’il y en ait beaucoup !) Si l’amour est présent, les gens seront attirés et les chrétiens seront heureux. Jean 13 : 35.

– « En esprit » ð Ou en état d’esprit. A l’origine des paroles et de la conduite, on trouve la mentalité, les raisonnements, les façons de penser et de voir. Timothée, pour être un modèle destiné à refléter le Seigneur, avait besoin d’être renouvelé dans son esprit pour devenir de plus en plus imprégné de la mentalité de Christ. Rom 12 : 2. Un véritable disciple est quelqu’un qui pense, qui réfléchit, qui raisonne comme Jésus. Phil 2 : 5.

– « En foi » ð La foi est le principe vital par lequel nous sommes appelés à vivre. Héb 13 : 6. Timothée était appelé à être un homme qui allait refléter une foi vivante et dynamique. Ceux qui sont en souffrance, fragiles et en situation de faiblesse ont besoin d’avoir autour d’eux de puissants exemples de foi.

– « En pureté » ð Chaque chrétien est invité à avoir une vie caractérisée par la pureté dans un monde de plus en plus souillé par le péché. Cette qualité doit imprégner toutes les sphères de l’existence : pensées, paroles et comportement.

1 Tim 5 : 22; 2 Tim 2 : 22.

2) DE MAUVAISES TRACES.

  • La bible étant complète et équilibrée, elle présente des personnages qui ont laissé de mauvaises et de bonnes traces derrière eux. Qu’on le veuille ou non, inconsciemment ou pas, l’être humain laisse une empreinte et une image. Nous allons voir quelques hommes et femmes des Ecritures qui ont été des exemples négatifs pour les autres, afin de pouvoir tirer les leçons de leur histoire.
  • Lot ð La dernière mention du neveu d’Abraham n’est pas vraiment glorieuse. Gen 19 : 30-38. Après avoir fait de mauvais choix qui l’ont écarté de la bénédiction divine, il a fini son parcours terrestre piteusement. En effet, il n’a pas su décelé le piège tendu par ses filles qui consistait à le faire boire pour profiter de son ivresse afin qu’elles aient une relation sexuelle avec lui pour assurer une descendance ! Il convient de tenir compte de la culture orientale qui stigmatisait les femmes incapables d’assurer un de leurs rôles prédominant, c’est-à-dire garantir la succession et la lignée familiale en ayant un fils.
  • Pourtant, Lot a eu le privilège de vivre en compagnie d’un modèle remarquable à ses côtés : Abraham qui a laissé une trace positive. Malheureusement, il n’a pas su s’en imprégner ni s’en inspirer. Et il a fini lamentablement. Il a été un mauvais exemple pour ses filles. La leçon est la suivante : il est hélas possible de bénéficier de bons modèles qui reflètent la vie divine et ne pas suivre ces exemples.
  • Saül ð Le premier roi d’Israël avait pourtant bien commencé son parcours avec le Seigneur. 1 Sam 10 : 24. Il a vraiment manifesté de belles qualités. Mais sa fin est dramatique et s’est conclue par un suicide. 2 Sam 31 : 4. Voici la trace laissée par Saül : celle d’un homme qui a bien débuté dans la foi et qui a fait naufrage. 1 Tim 1 : 19. Cet exemple nous montre qu’il est important de bien débuter dans la vie spirituelle et de prendre un bon départ avec Jésus. Mais elle nous enseigne sur la nécessité de veiller et d’entretenir la foi pour demeurer un modèle jusqu’au bout. Marc 14 : 38.
  • Salomon ð Le fils de David a lui aussi pris un bon départ avec le Seigneur. 1 Rois 3 : 4-14. L’Eternel a répondu à son admirable prière. Il a pu s’appuyer sur le témoignage de son père qui a été qualifié d’homme selon le cœur de Dieu. Act 13 : 22. Mais il laisse l’exemple d’un homme qui n’a pas su résister au péché sexuel. Cela s’est traduit par de multiples conquêtes féminines qui l’ont éloigné de sa relation personnelle avec le Seigneur. 1 Rois 11 : 8. Un homme de Dieu peut être remarquable dans sa foi, avec un service efficace au niveau de l’église, avec une vie de l’Esprit riche. S’il est incapable de résister à la tentation, il risque de sombrer et de laisser derrière lui une image fortement ternie.
  • Jézabel ð Son dernier rôle connu auprès d’Achab son mari a été de l’influencer pour qu’il confisque une propriété d’un habitant de Jizreel, Naboth. 1 Rois 21 : 1-25. Le verset 25 précise qu’elle « excitait » le roi à commettre ses méfaits. Ce verbe a la signification de « exciter à faire le mal, séduire, tromper« . C’était une femme fourbe. Elle a eu une empreinte néfaste et perfide sur Achab qui s’est laissé dominer. Que de famille en souffrance ou détruites par des Jézabel des temps modernes qui marquent les cœurs et les vies de leur emprise destructrice !

3) DE BONNES TRACES.

  • 2 chapitres sont consacrés à l’histoire de Débora. Elle a occupé la plus haute fonction à son époque et a été investie d’une autorité spirituelle qu’elle a su employer pour le bien de son peuple. Juges 4; 5. Dieu l’a inspirée pour l’associer à Barak qui devait mener une opération militaire en vue de remporter une éclatante victoire sur l’armée ennemie de l’époque. C’est ce qui s’est produit.
  • Il est intéressant de remarquer son attitude et la marque qu’elle a voulu laisser. En effet, son désir était de s’effacer pour que Barak puisse récolter les lauriers de la victoire et la gloire qui allait avec. Juges 4 : 9. Voilà une femme qui a rempli le rôle que le Seigneur lui a donné et qui n’a pas cherché à se mettre en avant. L’équilibre et l’harmonie sont trouvés quand chacun est à sa place : dans le couple, dans la famille, dans l’église, dans l’entreprise, dans la société. C’est précieux lorsqu’on ne cherche pas à dominer l’autre et que l’on accepte les limites du rôle de chacun. C’est la trace que nous a laissés cette femme remarquable.
  • Etienne ð Cet homme de Dieu est connu pour être le premier martyre de l’Eglise. Act 7 : 1-60. Il était jeune lorsqu’il a été lapidé. Il n’a pas craint la mort. Il a eu le courage d’afficher et de défendre clairement ses convictions. Il est l’image du disciple qui renonce à lui-même et à son confort et même à sa vie. Act 20 : 24; Rom 6 : 13, Rom 14 : 7-8;

2 Cor 5 : 15. Son témoignage revêt une grande puissance.

  • C’est la grandeur d’âme de l’homme ou de la femme de Dieu qui renonce à tout prix à avoir le dernier mot, à imposer sa volonté et sa propre vision des choses, à abandonner sa vie entre les mains du Seigneur, à lâcher prise au nom de la paix. Les disciples sont invités à suivre son exemple et à avoir la foi qui permet de voir dans l’au-delà. En effet, Etienne a eu une vision de Jésus qui Se préparait à l’accueillir. Act 7 : 55-58. C’est le même principe avec Moïse dont il est précisé qu’il avait les yeux fixés sur la rémunération divine. Héb 11 : 24-26.
  • Barnabas ð Avec cet apôtre, nous sommes en présence du disciple qui donne une nouvelle chance à celui qui a échoué. En effet, Jean (surnommé Marc) a rencontré l’échec quand il s’est engagé à suivre Paul et Barnabas en mission. On ignore la raison qui l’a poussé à abandonner. Act 13 : 5; 13 : 13. Il a certainement réussi à saisir la main tendue par Barnabas puisque Paul dira de lui qu’il était utile pour son ministère. 2 Tim 4 : 11.
  • Voilà une trace positive laissée par l’apôtre : il a considéré que rien n’était perdu pour Marc et qu’il pouvait lui accorder une nouvelle opportunité. La suite lui a donné raison car Paul a rendu de lui un bon témoignage et il est devenu l’auteur du deuxième Evangile. C’est précieux de rencontrer des chrétiens qui considèrent que l’on a tous droit à une autre chance et qui sont prêts à l’accorder. En cela, ils reproduisent le modèle de Christ.
  • Jésus ð Il est bien sûr le modèle parfait qui laisse une empreinte dans la vie de multitudes 2 000 ans après Sa mort et Sa résurrection. La marque du fils de Dieu dans les cœurs est réelle, profonde et certainement indélébile. Les croyants qui ont rencontré le Seigneur et qui se sont convertis et qui se sont ensuite détournés sont nombreux à revenir sur le chemin de la foi. Jésus offre de nouvelles chances, aux uns pour entrer dans le salut, aux autres pour revenir comme le fils prodigue. Luc 15 : 11-32. Ainsi, chaque disciple de Jésus est invité, pendant son passage terrestre, à marquer ses contemporains de son exemple de foi, d’amour, de consécration, de paix. Ainsi, nous sommes invités à nous poser la question : quelle trace laissons-nous ?

Philippe Landrevie

Write a comment:

*

Your email address will not be published.

© 2017 Eglise le Phare

Top