Téléchargez en

Lecture Luc 9 : 32-42.

1) SUR LA MONTAGNE

  • Durant ce week-end de jeunesse, le pasteur Ezéchiel a prêché sur les temps de déprime et de dépression qui suivent des périodes fastes et glorieuses sur le plan spirituel. Il a cité l’exemple du prophète Elie qui a rencontré ce genre de mésaventure. 1 Rois 18-19. Il a alors suivi le processus de restauration opéré par le Seigneur en faveur de Son serviteur. La pensée de ce matin va dans le même sens. C’est bénissant et glorieux quand on vit des temps forts dans la merveilleuse présence de Jésus symbolisés par la montagne. On expérimente des choses puissantes sur les hauteurs spirituelles : conversion, baptême du Saint-Esprit, guérison intérieure et physique, direction de Dieu, réponse à la prière, appel à un ministère… Néanmoins, la vie fait qu’on est obligé de redescendre dans la vallée des occupations quotidiennes. C’est une réalité incontournable. La suite que nous allons donner va conditionner la qualité de notre vie. Donc, il s’agit de considérer attentivement le lendemain des temps marquants pour se poser la question : « Et après ? »
  • Dans une église dans laquelle j’étais responsable du groupe de jeunes, nous avions organisé un week-end de 3 jours identique à celui proposé à la jeunesse d’aquitaine lors du week-end de Pentecôte. Durant ce séjour, à un moment donné, le Seigneur m’a montré que la joie, l’enthousiasme, l’effervescence, la ferveur allaient retomber juste après et ne seraient pas suivis de fruits et de continuité dans la foi. Les semaines qui ont suivi ont malheureusement confirmé cela.
  • Les moments passés sur la montagne avec le Seigneur pour chercher Sa face, louer, prier, méditer sont précieux. Ils peuvent prendre plusieurs formes : rencontres de jeunes, de femmes, d’hommes au travers de la vie de l’église, programme de l’assemblée, temps mis à part à titre personnel. Es 26 : 20; Mat 6 : 6
  • Verset 32 > Pierre, Jacques et Jean se sont appesantis par le sommeil. Mat 26 : 40. Ca nous parle de nos limites humaines caractérisées par la fatigue physique, la lassitude morale, le découragement, l’angoisse, l’anxiété. Les personnages bibliques étaient de la même nature que nous. Jacq 5 : 17. Les souffrances de la vie peuvent entraîner un assoupissement. Mais c’est indispensable de se tenir éveillé comme les disciples. Ils ne se sont pas endormis complètement. Résultat : le texte précise « qu’ils virent la gloire de Jésus ». Ceux qui voient Dieu agir dans leur vie sont ceux qui évitent de s’endormir au niveau de la foi.
  • Verset 33 > Pierre s’est exclamé : « Maître, il est bon que nous soyons ici ! » Ils ont vécu un moment particulier, rempli de la présence du Seigneur, un temps d’onction et de rafraîchissement puissant. On comprend pourquoi Pierre a parlé de la sorte. Que Dieu nous accorde la grâce de vivre des moments forts, que ce soit dans le cadre de la vie de l’assemblée comme au niveau personnel !
  • Verset 35 > « De la nuée sortit une voix ». C’était la voix divine audible. C’était pour les 3 apôtres une expérience surnaturelle unique. Ca nous est possible de vivre une telle intensité. Cependant, ça reste exceptionnel. Par contre, ce qui doit être ordinaire pour le disciple, c’est d’entendre le Saint-Esprit parler grâce à différents moyens qui sont à notre disposition : lecture et méditation de la bible, dons spirituels, chants, conseils de quelqu’un, prières inspirées d’une personne lors d’un culte, événements particuliers, épreuves… Job 33 : 14-19.

2) LE LENDEMAIN

  • Jésus et Ses disciples ne sont pas restés sur la montagne. Il leur a fallu redescendre dans la vallée. Pour Pierre, Jacques et Jean, ça a été une expérience qui a marqué leur vie. Ca ne s’est pas reproduit. Le Seigneur veut accorder à Ses enfants des temps forts. On ne peut les créer. Il s’agit simplement d’être disponible. Il convient de noter que les 3 disciples ont répondu à l’invitation de Jésus de monter sur la montagne pour prier. Soyons disponibles pour honorer la demande du Seigneur lorsqu’Il nous convie à un moment de prière, de méditation, de recherche de Sa présence.
  • Dans la vallée, ils ont été confrontés à une situation difficile. Un père désemparé était impuissant face à son garçon prisonnier des puissances de ténèbres. Luc 9 : 37-42. C’est la même chose aujourd’hui. Quand des disciples montent sur la montagne à la rencontre de Jésus, ils vivent des moments extraordinaires dans la présence de Dieu. Mais il leur faut redescendre pour affronter la vie de tous les jours. Dans la vallée, les chrétiens ont rendez-vous avec les soucis, les tracas, les souffrances, les inquiétudes, les combats qui caractérisent l’existence terrestre. En attendant d’être définitivement dans la présence glorieuse du Sauveur sur les hauteurs du Ciel. Apo 21 : 2-4.
  • Jésus a passé du temps à enseigner les foules. Nous avons dans les Evangiles l’épisode du sermon sur la montagne. Mat 5-6-7. Cependant, le Seigneur n’est pas resté sur cette montagne. Et quand Il est redescendu, Il a du gérer une situation de souffrance : un lépreux est venu implorer la grâce et la miséricorde divine. Mat 8 : 1-4. Or, les disciples de Jésus sont invités à participer à l’œuvre de Dieu. Ils sont qualifiés pour accomplir les actions du Seigneur par la puissance du Saint-Esprit et par la foi. Jean 14 : 12; Eph 2 : 10. Il leur est possible de guérir les malades dans la vallée, de prier afin que les puissances de ténèbres soient chassées, de guérir les cœurs brisés, d’apporter la délivrance aux opprimés en leur communiquant le message de l’Evangile. Marc 16 : 17-18; Luc 4 : 18-19. La présence des disciples dans la vallée est indispensable pour partager l’espoir, le salut en Jésus, le pardon des péchés, le secours aux affligés. Le Seigneur a bien précisé le rôle des chrétiens : être des témoins de l’amour divin et de la puissance libératrice par le Saint-Esprit. Act 1 : 8. Pour cela, c’est nécessaire d’être dans la vallée du monde. Jean 17 : 15.
  • Le péché est symbolisé dans la bible par la lèpre. Dans Mat 8, Jésus a guéri un lépreux. Sur un plan spirituel, on peut y voir la purification du péché. Bien sûr, c’est Jésus par Sa mort à la croix et par Son sang versé qui pardonne tous les péchés. Act 2 : 38; 3 : 19; 1 Jean 1 : 9. Néanmoins, le disciple est un porte-parole pour annoncer ce message, un poteau indicateur pour montrer le chemin de la vie éternelle. Dans la vallée, le chrétien présente Jésus et Son pardon afin que les lépreux spirituels soient purifiés et sauvés.
  • Il arrive à des personnes d’être victimes du péché des autres. Des gens qui ont été abusés, qui subissent des agressions physiques, qui souffrent du mépris, d’injustice graves ne sont pas responsables de leur situation mais doivent supporter les fautes des autres. L’Eglise est mandatée pour communiquer restauration, secours, présence dans les afflictions au nom du Seigneur. Mat 25 : 34-40; Jacq 2 : 24.
  • Dans Luc 6 : 17, les foules réunies sur un plateau en bas de la montagne sur laquelle était monté Jésus se sont rassemblées pour L’écouter et pour recevoir la guérison. C’est la mission de l’assemblée : ses membres apportent le message du salut et opèrent des guérisons. Si la majorité de nos contemporains ne s’intéresse pas au Seigneur, il existe au sein de cette génération des gens qui ont soif d’entendre Jésus parler et agir. Ca se produit au travers de l’Eglise.

3) ENTRETENIR LA VIE AVEC DIEU

  • Marie a entendu des choses extraordinaires de la part de bergers peu après son accouchement. Elle a pris une décision judicieuse : elle a choisi de les repasser dans son cœur afin de s’en nourrir et d’éviter de les oublier. Deut 4 : 9; Luc 2 : 19. La nature humaine est oublieuse. Il est essentiel de tenir compte de cette faiblesse pour la compenser. C’est pourquoi il nous est indispensable d’imiter Marie pour éviter de laisser s’évaporer les faveurs divines. Dans ce verset, « garder » a le sens de « préserver, protéger, conserver ». Ainsi, les jeunes qui ont participé au week-end « Mouv » comme toutes les personnes qui entendent et voient des choses édifiantes sur la montagne lors de moments passés dans la présence divine sont inspirés de conserver dans leur cœur toutes les richesses déposées par le Saint-Esprit.
  • Les temps sur la montagne sont précieux. Mais lorsqu’on redescend dans la vallée, on peut être tenté de passer rapidement à autre chose. Nous vivons une société dans laquelle un objet prend énormément de place : la zapette ! Tout va très vite, on passe d’une activité à une autre, d’une occupation à une autre, d’un loisir à un autre, d’un centre d’intérêt à un autre. Le danger est d’appliquer ce mode de vie à notre relation avec Dieu. En clair, ça signifie que le chrétien du 21ème siècle, pour satisfaire sa vie trépidante, est tenté de passer à la suite même après avoir vécu des temps forts dans la présence de Jésus. Or, la bible invite au contraire à tout faire pour demeurer et rester dans la communion avec le Seigneur.
  • Il s’agit de demeurer dans l’unité fraternelle. Ps 133 : 1. Si on a vécu un temps béni sur un plan spirituel, c’est une excellente chose. Il est nécessaire néanmoins de préserver et d’entretenir la communion fraternelle. Il est important de relever le défi de participer davantage à la vie de la communauté au travers du programme de l’église. Les grands rassemblements sont riches et sont de nature à booster la foi. Mais les réunions de prière dans les maisons peuvent être sources de richesses spirituelles.
  • Il s’agit de demeurer dans la Parole. Jean 8 : 31; 1 Jean 2 : 14. « Demeurer » a le sens de « rester, prolonger, s’arrêter, attendre, persévérer ». C’est tout le contraire du « zapping » ! Le disciple prend le temps avec la bible, il persiste à approfondir les textes, il prolonge ses moments au travers desquels il permet au Seigneur de lui parler plutôt que de se dépêcher de lire sa « parole du jour » en 3 minutes.
  • Il s’agit de demeurer dans la prière. Act 2 : 42; Rom 12 : 12. Dieu cherche des jeunes, des hommes, des femmes, des aînés capables de rester dans la prière et de résister aux pressions du monde qui propose tellement d’activités agréables pour la détente et le loisir.
  • Il s’agit de demeurer dans un état d’esprit qui réjouit le cœur de Dieu : l’amour. Jean 15 : 9. C’est par l’amour que les incroyants sont attirés à la foi. Jean 13 : 34-35.
  • Il convient d’éviter de devenir un « croyant sous-marin ». C’est celui qui attend le prochain grand rassemblement, qui attend le prochain culte pour recevoir, être béni, être renouvelé et encouragé. Les rencontres et les cultes permettent d’être regonflés, dynamisés et fortifiés. Beaucoup de croyants attendent ces moments et remontent à la surface pour faire le plein d’énergie. Ensuite, ils vivent sur leurs réserves spirituelles pendant la semaine. C’est le fonctionnement du sous-marin. Cependant, le type de vie auquel nous sommes appelés consiste à entretenir tous les jours sa vie personnelle avec le Seigneur et à demeurer dans un rythme qui permet de développer une foi solide et une bonne hygiène de vie spirituelle.

Philippe Landrevie

© 2017 Eglise le Phare

Top