Téléchargez en

BONNES AFFAIRES : EVANGILE EN SOLDE !

1) PERIODE DES SOLDES.

  • Le mois de juillet est attendu pas beaucoup de monde pour la période des soldes. Des rabais sont proposés à -50 %, -60 %, -80 % ! Pour la première fois l’an dernier, les ventes sur internet ont dépassé les ventes traditionnelles dans les magasins. C’est le temps de saisir des opportunités et de réaliser de bonnes affaires. De plus, des remises sur les prix en tout genre sont disponibles toute l’année. Les enseignes et les entreprises multiplient les opérations spéciales. Ainsi, les soldes d’été et ceux d’hiver ne sont pas les seules occasions d’acheter à des tarifs réduits.
  • Comme énormément de choses et de prestations sont soldées, l’individu peut être tenté plus ou moins consciemment de rechercher un Evangile « en solde » incluant un style de vie chrétienne au rabais. Cela revient à suivre Jésus au moindre coût, sans trop d’efforts, en désirant les avantages et les nombreux bienfaits de l’Evangile sans en supporter les contraintes. La société et le monde évoluent. Le message de la croix demeure le même et doit rester invariable et immuable.

2) UN EVANGILE EN SOLDE.

  1. a) La repentance. 1 Sam 13 : 1-14.
  • C’est l’histoire de Saül qui a désobéi à l’Eternel en ne suivant pas les recommandations du prophète Samuel. Le roi devait attendre l’arrivée de l’homme de Dieu avant d’enclencher la bataille face aux philistins. Il a cherché à justifier son choix en présentant des circonstances atténuantes. Plus tard, à l’occasion d’une victoire remportée sur ses ennemis, le roi a bravé l’interdiction divine pour se constituer avec son armée un butin de guerre. C’était une pratique courante et tolérée par le Seigneur en faveur de Son peuple. Mais dans le cadre précis de la bataille face à Amalek, Saül aurait du s’en abstenir. 1 Sam 15 : 1-35. Une fois encore, le roi a voulu légitimer ses choix et a cherché à se disculper.
  • C’est l’attitude d’une personne qui entend le message d’amour et de pardon du Seigneur. Son cœur est touché. Il est convaincu de péché par le Saint-Esprit. Jean 16 : 8; Act 2 : 37. Il ressent dans son cœur avoir offensé Jésus. Il comprend que le Fils de Dieu a donné Sa vie pour le pardonner et lui accorder la vie éternelle. Rom 5 : 8; 1 Jean 1 : 9. Cependant, il demande pardon à Jésus en évoquant des circonstances atténuantes. Il a le réflexe de minimiser sa faute. Remarquons que le croyant peut lui aussi adopter une attitude similaire. Nous sommes en présence d’une repentance au rabais proposé par un Evangile « en solde ».
  • L’attitude de David lorsqu’il a été repris par Nathan le prophète a été différente après avoir péché avec Bath-Shéba. 2 Sam 12 : 13. Dans sa bouche, pas de tentative pour se justifier, pour chercher à amoindrir son péché, pour rejeter la faute sur les autres. C’est le style de comportement que nous sommes invités à avoir.
  1. b) Les versions de la bible. Ex 9 : 27.
  • Les traductions de la Bible en Français courant et de la Parole de Vie citent : « Le Pharaon convoqua Moïse et Aaron et leur déclara : cette fois, j’ai eu tort… ». Dans Actes 3 : 19, il est proposé cette version : “Changez donc de comportement et tournez-vous vers Dieu, pour qu’il efface vos péchés.” C’est précieux d’avoir des versions bibliques qui simplifient les textes pour vulgariser la Parole de Dieu, c’est-à-dire la rendre abordable au plus grand nombre grâce à une meilleure compréhension. Néanmoins, à trop vouloir simplifier, on prend le risque de vider l’Evangile de sa substance profonde et de Le solder pour le rendre acceptable par tous.
  • Les versions exactes d’Exode 9 : 27 précisent pour reprendre les paroles de Pharaon : « J’ai péché« . Or; affirmer « J’ai péché » est bien plus fort que dire : « J’ai eu tort« . Devant Dieu, ça revêt davantage de valeur. De plus, les versions « light » ou « soldées » suppriment le mot « péché » qui est un des mots fondamentaux des Ecritures. Il y est employé des dizaines de fois. Au niveau d’Actes 3 : 19, on peut « changer de comportement » sans se repentir. En effet, il est possible d’adopter une attitude différente sous la contrainte ou par devoir alors que se repentir inclue les notions du regret du cœur d’avoir offensé le Seigneur.
  1. c) Le langage.
  • On retrouve également la réalité d’un Evangile en solde dans le langage. Ainsi, il est plus facile d’annoncer : « Je m’excuse » que « Je demande pardon« . Celui qui s’excuse présente des raisons pour se disculper. Celui qui demande pardon reconnait sa culpabilité sans détour. On peut remarquer que le fait de demander pardon demande plus d’efforts que de simplement s’excuser. Ca coûte davantage. Ca abaisse et ça humilie. Selon la bible, Dieu pardonne, Il n’excuse pas. Ps 32 : 1; Esa 55 : 7; Mat 12 : 31.
  1. d) Les mœurs.
  • Il faudrait être aveugle de cœur pour ne pas remarquer une décadence et une dégradation au niveau des mentalités, des façons de parler, des comportements, de l’état d’esprit. Les valeurs chrétiennes sont de plus en plus attaquées et combattues. L’éthique et la morale sont exposées au mépris, au rejet, à la moquerie. Il nous faut être conscient d’une chose : dans les années à venir, la vie sur terre va devenir difficile pour tout le monde et surtout pour l’Eglise qui choisit de demeurer attachée aux principes divins. L’atmosphère humaine et spirituelle va être de plus en plus irrespirable. D’où la promesse du Seigneur de venir chercher Ses enfants avant que le monde atteigne le paroxysme au niveau du péché et de la révolte envers de Créateur. Mat 24 : 29-31; Jean 14 : 1-4; 1 Thes 4 : 13-18.
  • On enregistre une montée des pratiques et des dérives sexuelles avec leur banalisation et même leur encouragement. La violence gagne régulièrement du terrain. La théorie du genre connait une forte progression. Les adeptes de la gestation pour autrui (G.P.A.) sont de plus en plus nombreux. On peut dorénavant choisir le sexe de son bébé, la couleur des yeux et de la peau, même si c’est encore interdit en France.
  • Ces évolutions s’effectuent progressivement pour être acceptées et assimilées par la société. Si les chrétiens ne veillent pas, ils risquent de tolérer des choses inconcevables aux yeux de Jésus. Le Seigneur a encouragé sur la nécessité de veiller et de prier pour éviter de tomber dans la tentation. Marc 14 : 38. On peut penser à la tentation de penser, de parler, d’avoir les mêmes pratiques que le monde et d’adhérer à son état d’esprit.
  • Un Evangile « light » consiste à accueillir favorablement et à tolérer ce que le Seigneur n’accepte pas. C’est admettre comme normal le nombre grandissant de divorces dans l’Eglise. C’est tolérer des attitudes et des comportements parmi les enfants de Dieu comme ceux des incroyants. Quand le croyant vit un Evangile « en solde », on ne voit pas toujours la différence dans sa vie avec celle d’un inconverti.
  • C’est très frappant dans le domaine des tenues vestimentaires. Normalement, une chrétienne ou un chrétien s’abstient de porter des tenues indécentes ou provocantes. 1 Pie 3 : 3-4. Pour se démarquer des pratiques de la société, l’enfant de Dieu est tenu de veiller à la longueur de ses jupes et à la profondeur de ses décolletés.
  1. e) Rechercher exclusivement le confort de la bénédiction.
  • Dieu est un Père pour Ses enfants. Rom 8 : 16; 1 Jean 3 :1. Il désire le meilleur pour chacun d’eux. Il a un plan et des projets de paix pour eux. Jér 29 : 11. Il S’est engagé à leur donner de bonnes choses et à pourvoir à leurs besoins. 1 Chro 1 : 10-12; Mat 7 : 11. Il est précieux de vivre par la foi et d’apprendre à Lui faire confiance. Pour ceux qui n’ont pas eu de père terrestre ou pour qui ce-dernier a manqué à la plupart des ses devoirs, Dieu veut être ce Père qui les comble d’amour, de présence et de soins.
  • Donc le Seigneur veut déployer Ses bénédictions avec abondance. Mais un Evangile soldé encourage à dépendre du Père essentiellement pour être béni, pour recevoir Ses bienfaits et Ses grâces, pour bénéficier d’un certain confort. Le croyant est dans l’attente de recevoir constamment. La société actuelle cherche par tous les moyens à éviter et à atténuer la douleur, que ce soit au niveau physique comme psychologique. Les progrès de la médecine et de la science permettent de soulager de façon significative les afflictions. Nous sommes en France les bénéficiaires privilégiés.
  • Si c’est positif de chercher à traiter efficacement la douleur d’une manière générale, le chrétien a besoin de faire la part des choses. Car le Seigneur n’a jamais promis l’absence d’épreuves et de peines. Alors que l’Evangile « light » évacue les notions de souffrances, de privations, de frustrations. Jésus a signifié la réalité des tribulations pour les disciples. Jean 14 : 33. La foi n’est pas un vaccin contre les douleurs. Dans sa première épître, Pierre a largement évoqué le thème de la souffrance. Il a recommandé aux chrétiens de s’armer de la pensée de souffrir. 1 Pie 4 : 1. Il a cité l’exemple de Christ. 1 Pie 3 : 18. Ceux qui font le choix de rester fidèles à Jésus acceptent la notion de souffrances dans leur vie : On peut penser aux célibataires qui résistent aux multiples tentations de pécher, aux couples qui veulent sauver leur mariage, aux employés qui subissent les foudres d’un patron hostile à l’Evangile, au disciple à être le seul converti dans sa famille et qui supporte la moquerie et l’humiliation. Le Seigneur a néanmoins promis Son soutien et Sa présence. Esa 29 : 30-31; 41 : 10; 41 : 13; Mat 11 : 28.
  1. f) Le service minimum.
  • Le gouvernement précédent a mis en place un service minimum garanti pour les services publics affectés par les grèves. Cette décision avait pour but d’assurer aux usagers la prise en considération de leurs besoins même en période troublée. La bible stimule le disciple à s’engager dans le royaume de Dieu pour réaliser des œuvres qui sont utiles pour l’œuvre du Seigneur. Eph 2 : 10; Tite 3 : 1; 3 : 14. L’Evangile soldé l’encourage à servir, mais à un niveau minimum. Bien sûr, il est nécessaire d’être dans l’équilibre car chacun a besoin de gérer toutes les contraintes personnelles, travail et famille. Sont présents également des obstacles : maladie, handicap, distances géographiques.
  • Les disciples sont invités à résister aux tentations de la société de loisirs qui, au travers d’un Evangile « light », prônent d’en faire le minimum dans le cadre du service divin. Le Seigneur, quant à Lui, a donné le maximum de Lui-même pour nous offrir le salut.

Philippe Landrevie

Write a comment:

*

Your email address will not be published.

© 2017 Eglise le Phare

Top